Femmes en Mission Humanitaire (Ass. loi 1901)

 

TEMOIGNAGES

C’est la force  et la compétence  des volontaires  qui soutiennent   en réalité nos partenaires et leurs  bénéficiaires.  Nous ne sommes  que  des "passeuses  de témoin".  C’est  avec  leurs mots qu’elles  vont le dire   et nous permettre  ainsi  de les remercier pour leur engagement sincère  depuis 2012…

 

Logo-missions-humanitairesLes missions

Domaine de l’éducation

Asesoramiento del profesorado en nuevas técnicas y medios de apoyo en "educación especial" (niños y niñas con discapacidad)

IRAIDE nos cuenta desde su llegada a Lima el 5 de julio
Ya estoy aquí, un viaje largo, pero ya está. Están de reuniones y me he quedado en la habitación descansando algo. Tengo que admitir que me ha entrado el bajón al llegar, que son muchas emociones...
Pero espero que se me pase pronto que quiero disfrutar y exprimir al máximo la experiencia. Una pregunta, quien va a ser aquí la persona d referencia para mí?

Hasta la llegada a Pamparomás al día siguiente, “objetivo de su misión”.
Nada, te escribo para decirte que estoy encantada!! Con muchísima ilusión, con muchas ganas d hacer cosas.. De hecho se me quedara corto el mes!!

Hay un grupo de jóvenes de Chimbote en casa d rosa, que están con un proyecto de turismo para Pamparomás, y me he involucrado mucho con ellos. Y para la vuelta tengo alguna proposición para ti, por los niños con necesidades especiales. Están muy limitados aquí, estoy trabajando en ello, y tengo ideas, pero mi estancia va a quedar muy corta para poder ayudar como lo merecen...Leer más

 

Soutien scolaire et Orphelinat, aide à la vie quotidienne

Haitï. Sophie, août 2015

« La mission s’est très bien passée. Nous avons été accueillis à bras ouverts par Mme Leconte et les autres sœurs de la communauté et les enfants sont venus naturellement vers moi. Nos conditions d’hébergement et de restauration étaient idéales. Je n’ai rencontré aucune gêne avec les usages et coutumes, je me suis tout de suite adaptée au pays. Seul le manque de ponctualité peut irriter mais on en rit plus qu’autre chose.
Le point positif qui a le plus marqué mon séjour reste la relation avec les enfants. C’est une réelle relation de confiance : les plus jeunes venaient jouer avec nous et les plus âgés se confiaient de plus en plus au fil du séjour. Si j’avais pu, je serais restée davantage.
Avec les enfants, nous travaillions essentiellement l’expression orale, il y avait peu de matériel mais pour l’oral, nous en avions peu besoin. A la fin de mon séjour, les enfants avaient vraiment progressé en français, ils nous parlaient toute la journée de façon fluide. Dans la continuité de notre projet, des cours de conjugaison, de grammaire et d’orthographe seraient utiles.
Je recommande une bonne préparation en amont et demander aux personnes sur place ce qu’ils attendent exactement de nous.
Ce fut une expérience très enrichissante et riche en relations humaines. J’ai une grande tristesse à repartir, je suis prête à renouveler l’expérience le plus vite possible. »

 

Elodie, Aide à la vie quotidienne, Juin 2015

« La mission s’est globalement bien passée. Je n’ai pas rencontré de soucis logistiques particuliers et j’ai été très bien accueillie sur place. Tout s’est bien déroulé, si ce n’est le climat avec une chaleur particulièrement étouffante et le décalage horaire.
La rencontre avec les enfants a été le point positif qui a le plus marqué mon séjour mais je reste également touchée par les échanges et le partage avec les parents adoptants, avec qui j’ai pu beaucoup discuter de la question de l’adoption. Cela m’a permis d’avoir une vision globale de l’adoption et d’entendre avec beaucoup d’émotion le point de vue, le ressenti et les histoires des deux parties. Je rentre avec une vision changée de ce pays que je connaissais peu. J’ai été très bien accueillie par tout le personnel de la Maison des anges. La prise en charge quotidienne, en termes de logement et de repas, était vraiment de qualité et très appréciable.
Dans la prise en charge quotidienne des enfants, la mission correspondait exactement à ce que j’attendais. Et je n’ai pas rencontré de problèmes particuliers pendant la réalisation de cette mission. Le matin, je participais au repas des enfants puis je restais avec les plus petits dans la salle de jeux. Je rejoignais aussi une des institutrices haïtiennes auprès des enfants qui allaient jusqu’à l’école maternelle. Du fait de mon métier d’éducatrice, j’ai passé beaucoup de temps avec les enfants les plus petits et à mon départ, les enfants les plus âgés m’ont dit qu’ils avaient été très déçus du peu de temps que je leur avais consacré.
Je tire un bilan plutôt positif de cette mission qui correspondait bien à ce que j’avais imaginé. La rencontre et le partage avec les enfants et le personnel, la découverte d’une nouvelle culture a été particulièrement enrichissante, ainsi que les échanges avec les parents adoptants. Par contre, le fait de ne pas pouvoir échanger avec d’autres bénévoles sur ce que je vivais dans un premier temps, a été un peu difficile pour moi. J’aurais aimé pouvoir partager plus et mettre en place plus de choses pour les enfants. Mais j’ai été très bien accueillie et j’ai vécu des moments riches en émotion pendant toute cette mission.

 

Roselène, mission de soutien scolaire, août 2015

« La mission humanitaire s’est vraiment bien passée. Cela a été pour moi une expérience riche, enrichissante et tellement humaine. J’en garderai pendant longtemps un très bon souvenir. Durant mon séjour, j’ai été marquée par la chaleur des gens, le peuple haïtien est très accueillant. Les membres de l’orphelinat étaient aux petits soins pour moi et les autres volontaires, la nourriture qu’ils nous préparaient spécialement était délicieuse.

La mission correspondait tout à fait à ce qui avait été convenu dans ma fiche de route. Je faisais du soutien scolaire tous les matins et de l’animation les après-midis. Durant les week-ends, comme convenu, je pouvais sortir de l’orphelinat et découvrir la ville.

Concernant le soutien scolaire, j’avais élaboré avec l’institutrice que je secondais, un programme visant à élever le niveau d’écriture de nos jeunes élèves, en vue d’enrichir leur vocabulaire, de diminuer les fautes d’orthographe et de rendre leur communication en français plus fluide et plus aisée. Au terme de ma mission, avec l’institutrice, nous étions d’accord pour dire que les enfants avaient réalisé des progrès considérables. Au début, j’ai eu quelques problèmes avec l’institutrice que je trouvais trop dure avec les enfants qui étaient dans notre groupe. J’ai éprouvé des difficultés avec les coups qui étaient trop souvent selon moi, donnés aux enfants par les personnes qui les encadraient. Après en avoir discuté avec d’autres personnes, je me suis rendue compte que c’était un peu la manière d’agir dans le pays. Personnellement, la seule chose que j’ai moins aimé était le fait de devoir payer 300$/mois et ce uniquement pour la nourriture. Ainsi, une mission se révèle être fort couteuse.
Comme bilan de cette mission, j’ai été ravie de pouvoir retourner dans mon pays d’origine et je suis heureuse d’avoir pu trouver un partenaire FMH qui organisait une telle mission. Sur place, j’ai été bien encadrée et j’ai rencontré des personnes magnifiques ! Si un jour il m’est possible de repartir pour une mission humanitaire, je ne dirai pas non !!! »

 

Aurore, mission de soutien scolaire et aide rédactionnelle, août 2015

« Globalement, la mission s’est très bien passée, je suis ravie par cette expérience et je n’ai ressenti aucune gêne avec les usages et les coutumes du pays. Je n’ai rencontré aucune difficulté majeure, les personnes de l’orphelinat font tout pour que nous nous sentions à notre aise, que ce soit au sein de l’établissement ou à l’extérieur. Les adultes et les enfants de l’orphelinat sont source de chaleur et de nature très optimiste malgré leurs difficultés. Bien qu’ils soient nombreux, l’ambiance reste familiale dans l’orphelinat et c’est ce qui transparait. Madame Leconte et les sœurs se soucient du bien-être des volontaires et Madame Lili la cuisinière, fait figure de « deuxième maman ».

Toutefois, je pense que je ne suis pas arrivée au meilleur moment. Le poste de responsable administratif et financier, notamment en charge des volontaires, était en transition donc je n’ai pas trop eu l’occasion de discuter de tout ce qu’il était possible de faire durant ma mission. En revanche, l’autre volontaire Roselène qui était déjà sur place m’a beaucoup aidé à m’intégrer et à prendre mes marques. L’arrivée au cours de ma mission d’Oriane la nouvelle personne en charge de la gestion administrative et financière a été un plus. Cela m’a notamment permis de rediscuter de ma mission et d’en apprendre davantage sur la coopération internationale en général.

Ainsi, au-delà d’un timing qui n’était pas forcément en ma faveur, je suis vraiment ravie de ma mission effectuée au sein de l’Institut Notre Dame de la Médaille Miraculeuse au Cap Haïtien. C’est une expérience humaine riche en rencontres inspirantes, en découvertes, en questionnements et en apprentissages. Je la recommande vivement et je repartirai volontiers pour une nouvelle mission humanitaire. »

 

Haitï. Edwige, soutien scolaire et aide à la vie quotidienne, Août 2014

« La mission, ainsi que l’ensemble de mon séjour s’est très bien passé. Je n’ai rencontré aucune gêne particulière au cours de ma mission, que ce soit avec les locaux ou avec usages et coutumes du pays. J’ai été très bien accueillie par l’ensemble des personnes de l’orphelinat. Ils étaient très présents et attentionnés, ils veillaient à ce que l’on soit bien installé et que nous ne manquions de rien tout au long du séjour.
Ma mission portait essentiellement sur l’expression du français, l’objectif étant que les enfants parlent davantage et plus spontanément le français au quotidien. Le matin, nous travaillions l’expression avec différents groupes d’enfants selon les niveaux. Pour les plus petits, nous travaillions à partir des couleurs, des animaux, des parties du corps, etc. Pour les plus grands, l’expression se concentrait autour de sujets variés : la cuisine, les projets d’avenir, les livres lus, raconter un souvenir, etc.

L’après-midi, le rythme était plus tranquille avec des jeux et des activités pour les enfants.
Je tire un bilan très positif de la mission qui était très intéressante et l’accueil très bon. Les enfants et les adultes sont dans une relation d’échange et les diverses visites qui ont été organisées, ont permis d’enrichir le séjour. Je suis intéressée pour renouveler cette expérience mais en négociant les frais engagés car cela représente un véritable investissement personnel ».

 

Chloé, Aide à la vie quotidienne-cours de français, Juillet 2014

« La mission s’est extrêmement bien passée. J’ai pris beaucoup de plaisir à donner des cours aux enfants et à jouer avec eux. Et j’ai pris tout autant de plaisir à discuter et à apprendre à connaitre les adultes qui les encadrent. Mme Leconte, la directrice est une femme incroyable, dévouée corps et âme à ce projet. Elle considère les enfants comme les siens et ferait tout pour qu’ils sortent de leurs conditions familiales et sociales difficiles et aient un bon métier plus tard.


Je n’ai eu aucun problème avec les usages et les coutumes du pays, même si pour certains volontaires qui n’avaient jamais été confrontées à des « pays pauvres », parfois des comportements ou des images pouvaient être difficiles à supporter ou même tout bêtement à comprendre.
Au bout de 8 jours, je me suis sentie comme chez moi et partir a été très difficile. Ce séjour s’est d’avantage apparenté à des vacances avec de la famille lointaine qu’à « une mission », « un travail ». Personne n’aurait pu nous accueillir mieux que Claudette. On a même été traité un peu trop bien parfois si je puis dire, mieux que les enfants. La maison était grande et propre, les repas riches et variées, les sorties multiples. Génial !
La seule chose que j’ai déploré c’est le manque d’informations en amont. L’association m’avait dit que j’allais là-bas aider les professeurs de français sur place. Seulement en juin c’est déjà les vacances, donc il n’y avait pas de prof de français, les profs c’était nous. Et ça on n’y était pas préparé du tout ! Alors on s’en est très bien sorties je pense et on a plus ou moins tracé les grandes lignes pour les futures volontaires, mais si j’avais su je me serais mieux préparée et j’aurais justement acheter tel ou tel manuel afin de préparer les cours.
J’ai passé un séjour inoubliable. Il faut l’avouer, même si c’est malheureux à dire, au final cette mission a dû être d’avantage enrichissant pour moi que pour les enfants. Malgré tout je suis persuadée avoir eu un impact sur plusieurs d’entre eux, on continue à correspondre par mail ou sur facebook, et ça me fait extrêmement plaisir. Claudette aimerait envoyer l’une des filles étudier en France et je ferai tout mon possible pour que ce projet aboutisse et pour l’aider une fois en France.
Ce séjour m’a donné envie de repartir en mission. »


Sylvie et Philippe, enseignement et animation, Décembre 2014

La mission s’est globalement très bien passée, nous gardons de merveilleux souvenirs et nous avons appris beaucoup. Le point positif qui a le plus marqué le séjour concerne les liens avec les enfants : leur bonne humeur, leurs sourires, leur dynamisme, etc. L’accueil a été très bon et chaleureux, même si le partenaire semblait débordé et n’était pas toujours présent. Heureusement qu’il y avait deux autres volontaires déjà sur place pour nous aiguiller.
Au niveau du matériel scolaire, cela allait à peu près mais il est certain qu’il faudrait pouvoir envoyer plus de cahiers, de stylos, etc. Les manuels scolaires qui viennent de France ne conviennent pas et l’école manque cruellement de matériel informatique (ordinateurs, vidéoprojecteurs, postes audio, etc).
Pour la mission il faut avoir beaucoup d’énergie ! Nous étions actifs toute la journée : cours le matin à l’école et activités et animations l’après-midi. Il faut être créatif ! Les enfants sont friands d’activités comme le chant, la danse (énormément), le sport, les jeux en tout genre. Pour l’enseignement du français, il vaut mieux privilégier l’oral à travers des jeux de rôle, du théâtre, etc. Il faut continuer cette chaine de bénévoles : venir avec ses idées, son dynamisme et son savoir-faire.
Cela reste une aventure extraordinaire, à refaire ! Une expérience riche sur tous les points, inoubliable ! Dur de quitter les enfants à la fin. Nous aimerions beaucoup renouveler l’expérience en partant plusieurs mois à travers le monde, dans plusieurs écoles différentes. »

 

Témoignage  Sarah  Cusco   Mai Juin 2015 On prend une grosse claque lorsque l’on voit des ados de même pas 15 ans parfois, gérer plusieurs identités à la fois : maman, étudiante, adolescentes qui savent aussi cuisiner, coudre, réparer, nettoyer... avec une joie de vivre et une énergie débordante !
On apprend la véritable valeur des choses... Et on réapprécie les choses simples, les moments heureux...
Un très beau moment a été de partager cette expérience avec mon papa une journée ! Il est venu me rendre visite pour 2 semaines au Pérou. Nous avons passé ma dernière journée à la Casa M. ensemble. Nous avons préparé un couscous pour 50 personnes ! Il a rencontré tout le monde et apporté tout ce que nous avions récolté en France. C’est bon de partager cette expérience avec quelqu’un que l’on aime car je sais que lorsque j’en parle, lui comprend exactement ce que je dis.

 

AGNES  Inde   Jodpur  Novembre dec 2014. Enseignements  jeunes filles  « Dalits »
Quel est le point positif  qui a le plus marqué votre séjour ?
La relation. Entre les volontaires et l’encadrement. ; On se sent en famille et soutenu dans tous les projets, également avec les femmes apprenantes. Elles sont si ouvertes aux autres cultures, volontaires, une joie de vivre incroyable !
Mon bilan est très bon. Je me suis senti utile auprès d’une ONG aidant une cause salvatrice. J’ai pu amener à bien  mon projet et travailler en équipe.
Cela m’a permis d’observer le fonctionnement de cette dernière pour m’adapter au plus près  et les aider à  progresser.

 

Capucine  Bénin Dassa  Aide à la vie quotidienne et soutien scolaire  Eté 2015
Nous avons pu avec Léonie percevoir les progrès fait par les enfants, surtout ceux de la maison familiale. Nous avons fait « un bilan » l’avant dernier cours avec eux, et nous avons pu nous rendre compte de leur progrès.
Il est plus difficile de vraiment avancer avec les enfants des villages. Nous leur donnons cours trop peu souvent pour leur permettre de revoir les bases, et de les faire progresser ; d’autant plus que de nombreux enfants ont d’énormes difficultés en lecture. C’est un peu frustrant comme situation, car les enfants sont très motivés mais par manque de cours nous n’arrivons pas à vraiment rattraper leur retard.
L’accueil de Désiré et de Charlotte à la maison familiale était vraiment génial. Ils nous ont bichonnés pendant tout notre séjour. Désiré a fait son maximum pour que tout se déroule à merveille pour notre mission, mais aussi lorsque nous voyagions le week-end.

Anaïs   Madagascar sept   2014 « aide à la vie  quotidienne »
Cette mission m’aura permis de grandir et de voir que nous étions privilégiés en France même si je le savais déjà. Ces enfants ont une force de caractère énorme et ne se plaignent jamais. La vie là-bas est différente mais cela nous fait du bien de nous en rendre compte en se rendant sur le terrain et en affrontant comme eux les difficultés de la vie quotidienne.
J’en retire aussi une satisfaction personnelle car j’espère avoir donnée un peu de bonheur à ces enfants qui le méritent et leurs avoir appris de nouvelles choses.

 

Agathe   Madagascar soutien scolaire  Avril juin 2015
Je reviens satisfaite de cette mission. Cependant, je trouve que 2 mois c'est trop court pour vraiment voir une évolution de notre travail. Heureusement, j'ai vu la volontaire précédente, Julia, qui travaillait dans la même classe que moi, ainsi, j'ai pu lui demander ce qu'elle faisait et continuer plus ou moins sur la même lignée.
Je ne pense pas avoir été surprise par la mission, mais  je ne pensais pas que cela serait aussi prenant.
J'ai donné des cours de français à des élèves de CP2. Ils étaient nombreux à ne pas savoir lire dans la classe, alors j'ai fait un groupe de soutien. Cependant, personne ne prend ma suite car  il n’y a qu’Alice qui est arrivée après mon départ et celui de Prune.


Armelle  Madagascar Dec14 « enseignement  du Français »
Pendant les jours de classe présence auprès de sœur Pascaline toute la durée de la classe puis aide aux devoirs le soir. Les autres jours aide aux devoirs, jeux, lecture  et « perles et bracelets en élastiques » que j’avais amené. J’ai également accompagné les petites à la messe deux dimanches ce qui est aussi une expérience enrichissante............

 

Anne-Laure Inde Jaïpur été 2014 « enseignement enfants bidonville »
Le projet ici se fait sur le long terme, que le centre ressemble de plus en plus à une vraie école. Il faudrait tenir à jour la feuille de route que nous avons faite avec Raphaëlle et en prendre compte dans le futur enseignement qui sera dispensé aux enfants par les volontaires.
Un bilan plus que positif, une formidable expérience, de superbes rencontres et la découverte d'un pays magnifique.

 



 

Clemence Inde 2014
Temoignage vidéo Clemence 2014

 

 

 

 

Anne Cameroun SA’A  Gestion de projet  Juin 2015

Très bon accueil au sein de la famille et avec GIC MASSA .les échanges ont été très riches et variés me permettant de mieux comprendre les problématiques auxquelles est confrontée la mutuelle GIC MASSA. Le dynamisme, la conviction et la ténacité d’Agnès, de David et de Joseph, leur envie de partager, d'œuvrer pour les communautés rendent l’expérience passionnante et donne envie de s’investir sur le terrain, de réfléchir à trouver des solutions, partager des idées. Plus concrètement, j’ai aidé à la préparation de la  remise des prix d’une école (5 classes) dans un village NKOLASSA situé à une 50 aine de km de SA’A. Ce fut une très belle journée qui nous a permis de rencontrer les notables du village (curé, professeur, directeur d’école…) et de partager un moment intense avec les enfants lauréats et leurs familles si fières de la réussite de leurs enfants. La gratitude chaleureuse qu’ils nous ont tous témoignés a été riche d’enseignement sur les valeurs suscitant l’humilité et une forme de grâce. Nous avons également fait une excursion dans un village au nom de NDJOLÉ. (100 aine de km de SA’A) Le curé de cette paroisse nous a présenté les chefs de villages environnants avec lesquels nous avons discuté des besoins de leur communauté (nous avons 1 projet).
Nous avons fait également plusieurs excursions à Yaoundé autres occasions d’observer un autre mode de vie très urbain. Ces excursions ont été l’occasion d’éprouver physiquement le très mauvais état des routes, à la limite du praticable à certains endroits: des trous, des bosses, des inondations, flaques profondes rendant les trajets parfois dangereux très longs et très éprouvants surtout pour ceux qui font ces trajets à motos comme GIC MASSA. Le fait de partager la vie familiale est aussi une belle expérience passant par le marché, la confection des plats en commun, la vaisselle, la connaissance des plantes cultivées, leurs récoltes, connaissance des pratiques de la vie paysanne. Une autre façon d’échanger et de connaître par ce biais la culture des communautés. Agnès et David m’ont fait connaître des personnes d’horizon très différents : villageois, chef d’entreprise, laboratin, la directrice et son adjoint de la radio de SA’A. Les nombreux visiteurs de passage chez Agnès sont une autre source de connaissance (vie étudiante, vie de jeunes urbains qui s’installent au village pour des raisons personnels ou professionnels), la dureté des travaux des champs, de l’élevage. L’activité de GIC MASSA enfin , activité de terrain, de prévention ,de soutien d’accompagnement aux changements de comportements, campagne de vaccinations, et aussi activité de rédaction de rapports pour faire connaître leur action auprès de différentes instances et trouver un appui humain et financier; de réflexion perpétuelle pour trouver des solutions, de nouvelles idées pour améliorer la santé des plus démunis.  J’ai visité une plantation de Cacao et appris comment se faisait la récolte, la macération, le séchage jusqu’à la vente



Betty Vietnam Juillet 2014  aide pédagogique "enfants porteurs de handicaps"...

Comme ils ne parlent pas très bien anglais la communication n’était pas a priori facile, mais j’ai réussi à me faire comprendre (en parlant doucement et en articulant bien correctement) et réussi à les comprendre. Après avec les habitudes qui s’instaurent, elles avaient juste à me montrer tel ou tel enfant ou tel ou tel objet et je comprenais ce qu’elles voulaient me dire. Globalement j’ai quand même réussi à avoir des conversations avec des éducatrices.
Je n’ai pas eu de problèmes de santé. Le seul souci a été la perte de ma carte bleue mais qui a été résolue rapidement grâce aux autres volontaires qui m’ont gentiment aidé.


 

Léonie  Bénin Dassa  soutien scolaire  Aide à la vie quotidienne  Eté 2015

Il y a beaucoup de choses qui m'ont marquées mais je dirais le contact très facile avec la population. Tout le monde était toujours prêt à nous aider, toujours très agréable.
De plus je pense avoir eu beaucoup de chance de partager ma mission avec Capucine, nous avions beaucoup de points communs, nous avons partagé de très bons moments et cela m'a permis de vraiment me sentir à l'aise. 
Dans le travail au sein de la maison familiale nous commencions par des cours de français avec en général une dictée ou un contrôle de vocabulaire. Puis nous adaptions les exercices que nous donnions aux enfants en fonctions de leurs difficultés. Au bout d'1h30/2h de travail nous faisions une pause. Puis nous passions aux maths en commençant par un petit test de calcul mental. . On adaptait les exercices en fonction des enfants, nous leur inventions des problèmes avec des exemples concrets pour eux.
Au sein des villages, nous nous répartissions les enfants en fonction de leur niveau. On faisait des exercices de français et nous avons essayé de toujours finir par un peu de lecture. Nous avons fait tourner les livres que nous avions apportés aux enfants de la maison familiale au sein des villages. Les enfants les apportaient chez eux, et nous les ramenaient la fois suivante. Ils étaient vraiment contents de pouvoir lire chez eux, c'est un système qui a très bien marché.

 

 

Brigitte  Inde  Chennaï été 2014   animation Dansez
Très intéressant au point de vue humain avec la population locale  Mais accueil  très froid de la part du  partenaire.

 




Caroline   Madagascar Automne 2014 « aide à la vie quotidienne »

Les enfants sont très accueillants et j’ai réussi à créer une relation de confiance et de complicité avec eux à travers les jeux, l’apprentissage, l’aide aux devoirs du soir. Mais également à travers des moments plus ludiques que nous partagions lorsqu’ils avaient terminé leurs devoirs et tâches quotidiennes : ateliers de bracelets, choix d’un DVD en français à regarder le mercredi ou le week-end, séances de coloriage, échanges « papotages » dans leur chambre au moment du couché, anniversaire de l’un d’entre eux… Mais ils semblent souffrir d’un manque de démonstration d’affection, sans doute lié au contexte, j’imagine.
Il y a également eu une grande solidarité entre bénévoles et une complicité avec quelques adultes sur place (les mamans, l’infirmière, une des Sœurs).

 

 

Noëlle,  Pour Bénin  111 
Un premier  aperçu  du  travail de notre partenaire  au Bénin.  Vidéo réalisée par Noëlle  mission soutien scolaire  et aide  admnistrative. Mars 2015. Temoignage vidéo Noëlle


 

 

Delphine   Madagascar  Aide à la vie  quotidienne  Eté 2015
Ce camp de vacances a été une véritable bouffée d'oxygène pour tout le monde. Sœur Clarisse a très bien organisé le voyage avec la location d'un petit bus qui nous a suivi pendant tout le temps du camp, avec deux chauffeurs. Nous avons été hébergés dans un couvent qui faisait location de chambres. Un endroit paisible et propre, très agréable. Les enfants et les bénévoles ont eu accès le premier soir après 15 heures de route aux douches publiques. Moment de joie ! Durant ce séjour, les enfants ont mangé de la viande ou du poisson chaque jour, ils ont eu du lait tous les matins, des brioches, des gâteaux. Ils avaient un goûter et des fruits chaque jour et aux deux repas principaux. Les enfants ont passé deux jours complets à la plage (une plage différente à chaque fois) avec repas sur le sable sous les parasols. Heureusement que nous étions deux pour encadrer les enfants pendant l'apprentissage de la natation. La surveillance était difficile dans l'eau. Nous semblions être les seules à s'apercevoir des dangers de la mer pour des adolescentes qui ne savaient pas nager. Au bout des deux jours de baignade, certains se déplaçaient déjà dans l'eau en nageant sans bouée ! Magnifique !
Deux autres jours ont été consacrés à la visite de la famille de sœur Clarisse, l'invitation au mariage de son cousin et à la visite de Majunga (de jour et de nuit). Les enfants ont pu participer à la fête foraine (barbe à papa, manèges).
Sœur Clarisse a promis de continuer l'apprentissage de la natation en emmenant régulièrement les enfants à la piscine d'un restaurant non loin de l'orphelinat. Elle a maintenant tout le matériel nécessaire (maillots de bain, bouées, brassards, lunettes). Il faudrait pouvoir suivre cet engagement et qu'à chaque fois qu'il y a une bénévole, il faudrait emmener les enfants à la piscine.

 

Noëlle  Bénin  Porto  Novo   soutien scolaire  aide  administrative   Mars 2015
Le bilan est tout à fait positif car cette mission correspondait vraiment à mon attente car j’ai déjà fait des missions humanitaires médicales avec des groupes plus importants et ce précédent contexte ne me correspondait pas vraiment.
Le plus, qui n’était pas prévu, est que j’ai pu réaliser 4 vidéos de APSS et de ses 4 piliers à savoir  des vidéos de Wilfried (directeur adjoint), Chantal (assistante de Wilfried), Miriame  (en charge des TIC) et Nelly (en charge du jardin d’enfants).

 

Edwige  Bénin Boukombé  Novembre 2013
L’immersion dans leur quotidien. Vivre au sein de l’orphelinat, ainsi que rencontrer des gens du village m’a permis  réellement d’observer et de vivre à leur manière.
Les moments partagés, échanges, discussions avec les enfants et jeunes de l’orphelinat sont ce que je garde de plus précieux et riche du séjour.
Mais peut être le regret ou le sentiment de ne pas avoir assez apporté au niveau éducatif à la maîtresse/à la classe de maternelle. Un contact en amont du départ avec la maîtresse pourrait-être intéressant afin de connaître ses attentes et de préparer au mieux des outils pédagogiques et éducatifs.

 

Emmanuelle Inde  Maduraï Aide à la vie quotidienne  Eté 15
Mon séjour là-bas s'est bien passé, je suis ravie de cette expérience, même si tout n'a pas toujours été facile. La violence très forte de ce pays m'a beaucoup bousculée les premiers jours, mais j'ai réussi à vraiment m'adapter et à aimer ce quotidien très vivant. Je vous enverrai quelques photos dans les jours à venir par wetransfer. Concernant des pistes d'amélioration pour la mission, peut-être faut-il vraiment insister auprès des volontaires pour qu'ils emmènent un ordinateur portable qui facilitera grandement leur travail aux bureaux de l'ONG. Voir aussi avec les volontaires sur place pour savoir vraiment ce dont les enfants ont le plus besoin au moment du départ. Il est vraiment nécessaire aussi de noter que la barrière de la langue est très forte et que converser avec les gens est un vrai défi au début mais une vraie richesse de découvrir d'autres modes de communication.

Je vous remercie beaucoup pour cette opportunité que vous m'avez donnée. Je sens que beaucoup de choses ont grandi et se sont affinées durant mes jours dans le Tamil Nadu et j'en suis très heureuse. A très vite...

 

Marie, Cusco. Aide à la vie Quotidienne, Nov  Dec  2012
La mission s’est très bien passée. J’ai été très bien reçu par l’ONG dont l’organisation est vraiment bonne. J’ai facilement été intégré à l’équipe, ce qui m’a permis de trouver mes repères et d’être à l’aise dans mon rôle de volontaire
Au départ, la communication a été un peu difficile avec les jeunes filles du fait qu’elles croisent souvent des volontaires pour aider. Il est donc difficile de conquérir leur confiance.
Le point positif qui m’a vraiment marqué ce sont les moments d’échange que j’ai pu avoir avec les jeunes filles. Nous étions avec les enfants, et de fil en aiguille nous nous sommes ouvertes les unes aux autres, on a découvert la culture de chacune, les difficultés de chacune…
Le seul pont négatif a été le logement. Les personnes chez laquelle je vivais étaient vraiment très gentils et très agréables mais les aménagements pour la vie quotidienne manquaient un peu.

 

Patricia   Burundi été été  2014
Quel est le point positif  qui a le plus marqué votre mission ?
...Le contact avec les Burundais est très agréable. Les gens sont accueillants, souriants et prêts à aider, rendre service. On se sent très vite accepté comme on est et les relations en sont facilitées que ce soit avec les enfants ou les adultes, de l’ANSS ou de la population en général... C’est une expérience humaine très riche au niveau relationnel avec les locaux. On ne peut pas les oublier et les visages restent dans la mémoire...

 

Testimonio Evaluación Vietnam  2015
Cristina: Centro niños discapacitados en Ho Chi Minh, 21 junio al 25 junio 2015
En general muy bien, he estado poco tiempo pero muy recomendable, lo único que me ha faltado es más voluntarias con los que compartir la experiencia, te sientes un poco solo en el centro pero por lo demás todo el mundo muy amable y comprensivo. El único problema lire la suite

 

 

Maider, desde Guayaquil Ecuador 03-08-2015 – Trabajadora Social
Hola Ana!!
En el piso estoy contenta y me arreglo por ahora muy bien con Milena. La verdad que es una chica muy maja.
En cuanto a la ONG, pues llevo 3 días y ya me voy haciendo. El primer día estuve viendo un poco la asociación, el segundo día estuve ayudando a la clase de tercero de primaria y también supervisar un ppt (powerpoint) de Milena. Pero estoy bien, tranquila y encantada de realizar cualquier trabajo que me diga cualquiera. También Patricia me ha dado unos días para Galápagos. También he conocido a Sandra.Por ahora todo transcurre bien.Gracias por preocuparte.Te iré informando, Maider...Lire la suite


Melody desde Esperanza, Ecuador 07-08-2015 – Apoyo escolar
Buenos días Ana,
Lo siento por no contestar antes pero no había luz y después no había conexión con mi cuenta Internet.
Todo bien en esperanza, Michele y las personas de la comunidad son muy simpáticas con migo.
Participo en varias cosas como la quesería, la preparación de la choza por los turistas, la biblioteca por la tarde con los niños y niñas. Esta semana voy a acabar folletos que empezó la semana pasada para hacer publicidad de la choza y de la quesería. Voy también a poner la choza en “airbn”, intentar por lo menos y también enviar mail a las guías conocidas para intentar de ponerlo dentro. El sitio web hace falta traducción en ingles por parte así que también haré esto. Y esta semana vamos a ver los ancianos de la comunidad a llevarle comida.
Un abrazo lire la suite

María desde Huarochiri Perú 04-08-2015 – Ayuda vida cotidiana
Hola Anna
Pues todo va muy bien aquí todo el mundo es muy agradable y los niños son adorables.
Además Ricardo Palma es muy agradable osea que todo está muy bien.
Iré mandando noticias.Gracias, María Baena.

 



Athénaïse desde Bolivia 2015  Cochabamba. Administrativa y trabajadora social.
Thu, 20 Aug 2015 16:22:12
Hola!
Mi vida en Bolivia: Muy bien, me gusta muchísimo mi familia y mi trabajo y las mujeres maravillosas. Claro, puede dar mi correo, sería muy feliz de hablar de este parte de mi vida. Si, he viajado mucho más o menos, y también puedo dar mis sentidos sobre mis viajes y mi organización.
Abrazo, Athénaïse.


Celine desde Bolivia, Cochabamba, Fri, 4 Sep 2015 20:25:08. Administrativa y talleres con las mujeres.
Hola Ana!
Estoy muy bien. Un poco cansada con la altitud, el cambio de horarios, el viaje muy largo, todo eso pero todo está bien, con la familia, y en la ONG. Estoy muy bien recibida.
En la ONG, ayudo en la cocina, en el restaurante, en las actividades manuales... Y espero que voy a ayudar en la administración pronto.
Para la idioma, en conexiones, en Manos y en la familia, hablan despacio y me ayudan mucho así espero que voy a mejorar mi español rápido. Porque ahora cuando la gente habla muy rápido no entiendo nada jaja!
Encontré otros voluntarios en la ONG y con conexiones.
Así todo está bien! Un abrazo, Céline.


Sandra en Guayaquil, Ecuador. Logopeda. Agosto 2015
Qué tal Ana. Me alegra saber de ti. Por supuesto que te puedo contar cómo va mi experiencia. La verdad que el recibimiento fue muy bueno y ante todo lo que no quería q pensaran es que venía a cambiar nada. Patricia quería que les asesorará en varios temas y así lo he hecho. Entraba a las aulas para ver qué se podía hacer y cómo se podría organizar mejor para que funcionara. lire la suite

 

 


Cristina desde Jodhpur, India Agosto 2015 - Apoyo escolar a las mujeres Estoy en un proyecto por las mañanas dando clases de inglés a mujeres, muy a gusto, y por la tarde empecé ayudando en un proyecto con niñas pero la verdad que no se me da nada bien, no tengo mano con ellas y lo paso hasta mal! así que mañana me cambio a otro proyecto con mujeres por la tardem para dar también clases, la verdad que en esto me encuentro mucho más cómoda. lire la suite



Victoria Lima: Misión búsqueda de fondos y apoyo escolar, verano 2015
Hola  Ana! Gracias para el web,  pienso está bien para Lesly. Manuelle me ha contactado y vamos vernos al fin de julio cuando viene a Lima, esta una buena idea. Aquí todo se pasa bien. Javier y Sonia están muy muy simpáticos. Me ayudan para mejorar mi español y hacen todo para  hacerme sentir  bien. La misión se pasa muy bien aunque esta difícil de buscar fondos. Porque he contactado diferentes asociaciones pero solamente una asociación me responde. Por la página web voy a ver con Javier mañana porque antes estaba enfermo. Con Lesly todo se pasa bien, es una niña muy bonita también.

 

Domaine de la formation

Formation à l'informatique

Elisabeth,  misión Guayaquil  n°221  30/07/2015 al 30/08/2015
Realización de la página web y colaborar en diferentes talleres y actividades
Como describirías la acogida por parte de la ONG? excelente
Cual ha sido la organización de la jornada de trabajo durante la misión?
Unos días con clase de francés por la mañana. Creación de una página web por la tarde. Unos días con página web por la mañana...lire la suite

Marie en Chone, Ecuador. Administrativa y Sitio Web
Hola Ana, Como estas? Quería darte de mis noticias. Primero ya me acostumbre perfectamente a mi entorno y me llevo muy bien con Marina así que mis condiciones de vida son muy agradables en Chone. Sin embargo, el trabajo que estoy haciendo aquí no me corresponde porque Inés me encargo del trámite de las becas. Es tan largo el tramite que realmente, hasta el día de hoy no pude realmente hacer lo que era el objetivo de la pagina web, además que tuve bastante problemas con el internet y que estuvimos 3 días sin internet. lire la suite

Formation à l'artisanat local

bolivia

Conche, Mai Juin et Juillet 2016...Je suis partie à Cochabamba en Bolivie trois mois. C’est une expérience que je conseille à tout le monde. Au départ, je voulais m’occuper des femmes en prison mais l’influence trop prégnante pour moi du religieux (évangéliste) ne me laissait que peu de temps après la lecture de la bible pour réellement travailler avec les femmes. Après 4 interventions, j’ai arrêté et je me suis concentrée sur l’enseignement à « Manos con libertad ». J’ai transmis à Mabel, la professeure dans l’association, les techniques de peinture et d’artisanat que je connais pour qu’elle l’enseigne ensuite aux femmes en difficultés qui viennent à l’association pour obtenir un diplôme et ainsi retrouver une activité...Lire la suite


 

Emmanuelle Pamparomas Juillet 2012
Bonsoir Myriam et Ana .Tout va bien à Pamparomas. Le club peinture évolue de jour en jour, Adelia a commencé à peindre sur des panneaux en contre plaque que j’ai fait couper, et ensuite America a commencé à peindre. Santa Beatrix s’y est mise aussi avec un peu de réticence, elle aime coudre!
Les enfants viennent aussi parfois par curiosité et se prêtent au jeu...Nous avons en plus des sacs, une quarantaine de cartes postales dans lesquelles je pense insérer des maximes sur le thème des femmes, de la nature et de l’amour suivant le dessin. J’ai encore beaucoup d’idées, mais pas le temps, ni le matériel. Tout le monde est enchanté ici, le« gobernador » m’a emmené au collège. J’ai pris rendez-vous avec le directeur vendredi matin pour essayer de valoriser les femmes afin qu’elles puissent enseigner le dessin et la peinture aux enfants du collège d’une autre façon. Yulisa m’a demandé de décorer son bureau et Aurora son restaurant!
Comme vous voyez, je ne m’ennuie pas, les femmes sont patientes, courageuses, intéressées et respectueuses du matériel. Nous n’aurons pas le temps de confectionner les petits sacs à dos animaux.je pense envoyer a mon retour un colis avec des galons, des perles etc...Il manque tellement de choses ici!
La feria a lieu le 24, il reste peu de jours...

Formation administrative

Elisabeth, Pamparomas, collaboration technique, 2013
La mission c’est très bien passe. La nature de ma mission en tant qu’ingénieur je suis restée en grande partie dans mon bureau et peu sur le terrain.
La forte utilisation du quechua, accent et quelques mots qui ressortent en castillan qui restent difficile à comprendre. Il faut aussi bien sur s’adapter aux habitudes de celle-ci qui sont parfois différentes dès notre, et commencer à manger avant tout le monde, être servie en plus grande quantité, avoir un traitement spécial me mettent mal à l’aise.
Dans mon travail j’aurais préféré être plus en contact encore avec les locaux, encore une fois ça aurait été le cas si j’étais restée plus longtemps pour la deuxième phase du projet. J’étais matin et après-midi dans mon bureau pour faire l’étude de la pompe. Sauf au début de la mission ou je suis allée voir le terrain.
Vivre au contact de la population locale et tout particulièrement dans une famille m’en a beaucoup appris sur les manières de fonctionner dans des pays non occidentalisé. Sur la valeur que peut avoir une action humanitaire tant sur le point productif (solution apportée a un problème, action concrète) que sur l’impact personnel, dans la manière de percevoir les autres. Je me rends compte d’autant plus que la formation des écoliers est importante et que les besoins en professeur dans l’humanitaire sont très important!

 

 

Domaine de la Santé

 

Clémence infirmière. Burundi Avril 2015
Expérience riche professionnellement qu’humainement. En tant qu’infirmière, on peu se rendre compte d’une autre parti du métier et ainsi apporter nos connaissances, mais c’est aussi un échange qui va dans l’autre sens, car eux nous apprennent aussi beaucoup d’une certaine manière. Rencontre, partage avec un notre peuple et découverte d’un pays.
Une mission courte qui m’a permis de faire une pause dans ma vie.



Alexia, Burkina-Faso, infirmière, 2013
Je suis heureuse d’avoir eu la chance de pouvoir faire cette mission car ce n’est pas donné à tout le monde étant donné que tous les frais sont à notre charge. C’était une expérience très enrichissante qui m’a permis de voir mon travail dans un autre aspect et de rencontrer des gens.

Fabiola, Togo, Amacach, Infirmière, 2013
C’est un bilan positif. Cela m’a permis de découvrir une autre réalité de soins. De plus, j’ai appris beaucoup de choses concernant les personnes vivants avec le VIH et sur l’approche a adopté avec eux. C’est une expérience enrichissante à plusieurs points de vue. Si vous voulez  partir  en mission alors n’hésitez pas !!!

Ameline, Burundi, Infirmière, 2014
La mission s’est très bien passée, avec un accueil de l’équipe de l’association (l’ANSS) très chaleureux, respectueux et agréable. Je n’ai pas rencontré de difficulté majeure, j’ai été très bien accueillie et accompagné pendant ma mission. Seule la barrière de la langue peut parfois altérer la relation auprès des bénéficiaires de l’association ou autre population du pays.
J’ai beaucoup été dans l’observation et dans la compréhension du fonctionnement de l’association.  La barrière de la langue fut parfois difficile lorsque nous étions directement en contact avec les bénéficiaires.
Je me suis organisée en réalisant un planning de façon à comprendre le service médical ainsi que le service psycho social auprès des bénéficiaires séropositifs et malades du SIDA. Cela m’a permis de comprendre les atouts et difficultés du fonctionnement de l’association. J’ai donc observé les différents services existants de prise en charge des bénéficiaires, ainsi que les différentes antennes de l’ANSS.
La mission fut très enrichissante professionnellement et personnellement, mais trop courte pour pouvoir bien s’intégrer et se trouver « utile ».

Anouk et Fréderic, Côte d’Ivoire, infirmiers, 2013
C’était une très belle expérience, qui nous a appris énormément. Nous souhaitons souligner la gentillesse des personnes sur place que ça soit Mr. Bla et tous nos collègues du centre. Grâce à eux nous avons vécu une expérience humainement incroyable.

Sophie , Burkina-Faso, Infirmière, 2012
Le matériel au dépistage était présent ainsi que celui pour les suivis de traitements ARV, le contact avec la population très bon ainsi qu'avec les membres de l'assoss. Donc aucune difficulté. Concernant les horaires, nous avons suivi ceux du centre. J’ai beaucoup appris en tant qu'infirmier mais aussi humainement et socialement...Mission très instructive sur le plan technique.

 

Sylvain et Marie-Cécile, Togo, Infirmiers, 2014
Marie et moi-même (Sylvain) sommes deux infirmiers volontaires, nous travaillons en binôme toute l’année, et l’idée nous est venue de partir ensemble effectuer une mission humanitaire. Les fonds réunis, nous avons contacté Orphelin Sida international. La mission devait être courte et ceux-ci on gentiment accepté notre aide.
L’accueil sur place nous a beaucoup surpris et a dépassé toutes nos espérances ! Tous les gens sur place étaient à notre écoute et on toujours essayé de résoudre le moindre petit problème qui pouvait se présenter. Le seul regret est de n’avoir pas pu rester plus longtemps. Malgré tout, cette mission a été très enrichissante du point de vue humain et nous sommes ravi de l’avoir effectuée
Le besoin qui se fait le plus sentir est au niveau du matériel courant, les familles sur place doivent acheter en pharmacie tout le matériel nécessaire (cathéter, sparadrap, tubulures…) mais il manque souvent de compresses, d’alcool…, l’hygiène est à déplorer et les conseils d’extérieurs sont, je pense les bienvenus, bien que l’application sur place reste difficile, certain peuvent néanmoins être pris en compte
Première semaine au centre d’AMACACH (8h/12h et 13h30/16h), visites à domicile, Injections (IM et IV), mise en place de perf. Consultation avec l’assistant médical du centre, formation sur le VIH dans différents camps de gendarmerie.
Deuxième semaine au centre pédiatrique (7h à 14h), traitements enfants et adultes du paludisme, déshydratations, infections diverses, avec mises en place de perf d’antalgiques et de traitement IV. Accueil au rez de chaussé du centre de tous les patients se présentant pour consultations simples ou hospitalisations (prises poids/âge/température/ goutte épaisse paludisme/ motif de visite…)

 

 

Audrey, Togo, Lomé , Infirmière, 2014
Partir au Togo a été une expérience inoubliable qui m’a marqué à vie sur le plan humaine et professionnel. Les personnes sont très chaleureuses et souriantes, le travail est très intéressant mais c’est plus eux qui vont nous importer que l’inverse dans notre métier.

 

 

 

siège social: La cour  Bagneux  86320 PERSAC 
Tel  Fax : (33) 1 47 97 54 94
Bureaux  et adresse courrier: 4 rue de Belfort 75011 Paris
http://mission-humanitaire-femmes.org     
contact@mission-humanitaire-femmes.eu
(Skype) femmes.en.mission.humanitaire
Contact L'ITALIE donneinmissioneumanitaria@femmesmissionhumanitaire.org